Cette dernière année, je n’ai pas été très assidue quant à la tenue de ce blog. En même temps, je n’ai aucune obligation et je ne me contrains pas à publier coûte que coûte. Il y a des moments où mon esprit bouillonne, imaginant telle association d’ingrédients, tel accord de saveurs ou telle mise en scène pour une photo. Et puis d’autres, où je n’ai pas la tête à cuisiner, où les idées et le plaisir manquent. Durant ces périodes, je m’éloigne un peu de ma passion, mais sans jamais lâcher la corde. Et puis l’envie me revient toujours, comme un exutoire. Parce que la cuisine m’apaise, me relâche. Je sens, je touche, je regarde. Des odeurs tantôt épicées, tantôt sucrées embaument la cuisine, des petits plats mijotent, crépitent sur le feu. Et je suis à chaque fois émerveillée, tous mes sens en éveil. Je regrette alors d’avoir délaissé mes casseroles, d’avoir raté toutes vos créations. Je regrette d’avoir manqué le sucré s’invite chez le salé, orchestré par Charline. Du coup je me rattrape, bien trop tard mais avec autant de plaisir.

.

POULET_PAMPLEMOUSSE_ERABLE

Pour 2 personnes:

- 2 filets de poulet
- 2 pamplemousses

- 2 cuillères à soupe de sirop d’érable

- 1 oignon rouge

- 3 cuillères à café de fond de volaille
- huile d’olive
- sel, poivre noir du moulin 

Préchauffer le four à 180°C. Peler et émincer l’oignon. Couper le poulet en lamelles. Le faire revenir quelques minutes dans une poêle avec un peu d’huile. Saler et poivrer. Presser les pamplemousses et recueillir leur jus. Disposer le poulet et l’oignon dans un plat à gratin. Recouvrir du jus de pamplemousse, ajouter le sirop d’érable et le fond de volaille. Bien mélanger et enfourner pour environ 40min, en mélangeant de temps en temps. 

.

imprimante_2 Imprimer la recette

Ce que j’en dis : Je me suis inspirée de cette recette (approuvée ici mais aussi ailleurs, avec quelques variantes) en remplaçant le vinaigre balsamique par le jus de pamplemousse et le miel par le sirop d’érable. Ces deux parfums se marient très bien et jouent à merveille leur rôle, nappant le poulet d’une délicieuse sauce sirupeuse.

En accompagnement, j’ai testé deux recettes de salades à essayer absolument. Vous trouverez la salade de cocos tièdes au pesto de pistache chez Anne et la salade de betteraves et potiron au chèvre chez Sophie. Deux très chouettes découvertes…

.

*****

Et lorsque l’on reçoit -après une mauvaise journée- un coup de fil annonçant une bonne nouvelle, on se dit que la vie est quand même belle…

Mais je laisse mon co-équipier vous raconter notre aventure dès le début :

« L’an prochain on fera mieux… ». C’était l’année dernière et ce sont par ces mots que l’on avait refermé notre croisade de ce jour particulier, moyennement satisfaits de notre prestation, mais avec la certitude néanmoins d’avoir sollicité grandement nos membres inférieurs. On se rassure comme on peut, c’est vrai, alors pour le coup, on aura au moins pris l’air. Et puis on note le rendez-vous pour dans un an. 

Nous y sommes presque. Un an après moins une semaine, je n’échappe pas à l’épidémie de rhinopharyngite qui sévit. Bien sûr, pour les pessimistes : « Faut que ça  arrive maintenant ! » C’était à prévoir. C’est surtout que l’être humain a toujours la faculté de se trouver des excuses avant d’avoir commencé, comme pour mieux préparer le terrain, au cas où ça ne fonctionnerait pas comme ça devrait. Alors voilà, c’était joué d’avance : « Je pense que j’aurais pu mieux faire, mais j’étais pas bien, enfin tu comprends…. la rhino, le mal de tête, j’avais pas tous mes moyens quoi ! Allez, on retente l’an prochain… » Ouais bon ok, c’est facile. Mais je ne vais quand même pas abandonner aussi vite. Et puis la semaine passe, mal, mais elle passe. La journée tant attendue commence bien, le soleil est déjà là, à mon grand malheur bien sûr, le mauvais temps ça aurait pu être une bonne excuse aussi, non ??!! Je crois malheureusement que je ne pourrais pas me défiler aujourd’hui. 

On arrive à l’heure du rendez-vous et, après les dernières modalités, le premier thème tombe. On a deux heures maximum pour remplir la mission. Une fois ce devoir accompli, on nous octroie du temps libre pour déjeuner. On redémarre l’après-midi avec le deuxième thème et ses deux heures imparties. Au quatrième et dernier thème, et là ce n’est pas une excuse, le mal de gorge est bien présent, on a froid malgré le soleil, la fatigue nous gagne et la motivation n’est plus vraiment là. La semaine éprouvante me rattrape fatalement. Ma Mirabelle finit d’ailleurs par m’avouer que ça devient difficile pour elle aussi. On termine au ralenti, mais satisfaits.
Oui vous avez bien lu, SATISFAITS. 

Le principe de ce rendez-vous amateur est sympa. Muni de votre simple appareil, par équipe de 2 personnes, vous parcourez la ville en essayant de répondre le mieux possible aux quatre thèmes imposés. Objectif : se faire plaisir, voir avec un œil différent et le montrer.
Je laisse le soin à présent à Mirabelle de vous dévoiler la suite.

Pour ma part en tout cas, je n’ai pas eu d’excuses valables pour éviter d’aller au bout. Et heureusement, parce que cette fois, j'ai été récompensé…
Son Caliméro.

.

MARATHON_PHOTO_FNAC

Nous avons en effet participé, il y a deux semaines, au marathon photo organisé par la FNAC. Et, petite fierté du jour, deux de nos photos ont été sélectionnées par le jury, dont une qui termine à la quatrième place, pour le prix spécial du jury avec une imprimante photos à la clé!