Depuis quelques temps, je m’interroge sur l’existence de ces pages, je me demande ce que ce partage m’apporte, ce à quoi il me contraint. L’engouement démesuré du début passé, je me dis parfois que j’ai mieux à faire, dans ma vraie vie. J’ai toujours cette même envie de cuisiner et ce désir de découverte, mais j’ai perdu la motivation qui m’a poussée à les exposer ici. Parce que dans le fond, il s’agit bien de cela, une vitrine, tel un miroir, qui reflète notre image où ce que nous voulons voir de nous, qui permet de nous désinhiber, de nous ouvrir au monde.

Peut être aujourd’hui ais-je trouvé ce que je recherchais : l’assurance que la cuisine a une place particulière dans ma vie, et que je dois me fier à l’intuition qui me dit de m’y pencher de plus près… Je ne prétends pas avoir fait le tour de la question, ni de n’avoir plus rien à en apprendre, mais c’est simplement qu’aujourd’hui je veux vivre cette passion différemment. J’avais besoin de ce tremplin pour me prouver mes capacités, pour me pousser au plus profond de mes retranchements, me permettre d’oser, de me lancer, de m’ouvrir. Pour me faire découvrir un horizon infini qui m’était jusqu’alors inconnu. Je sais maintenant qu’il n’y a aucune limite, et que mes sources d’inspiration son sur la toile, mais aussi et surtout ailleurs. Dans des livres, dans mon imaginaire, dans mes projets. La boucle est aujourd’hui bouclée. Toute expérience est enrichissante, et celle là m’a permis d’élargir mes perspectives.

J’ai longuement hésité, et puis finalement je crois que c’est une bonne chose d’arrêter là. La fin n’est pas nécessairement synonyme d’échec, au contraire, elle est liée à un aboutissement, au début de choses nouvelles. Il faut savoir renoncer pour avancer… Alors je quitte ces pages si réconfortantes pourtant, pour me permettre d’autres aventures peut-être.

*****
;

Et pour vous laisser une dernière recette en partage, je vous confie celle de ces délicieux biscotti, à offrir. A votre famille, à des amis, à des personnes qui vous sont chères, comme des petites gourmandises qu’on leur glisse dans les mains, un peu de chaleur et de douceur à la fois, pour leur dire qu’on pense à eux, même lorsque nous ne sommes pas là…

,

biscotti

merci à Lauriana pour cette jolie photo, pleine de poésie...

cette recette est pour toi, afin que tu puisses retrouver le parfum de ces petits biscuits, à grignoter les après midi de nostalgie.

Biscotti cardamome, amande et rose

Pour une quarantaine de biscotti :

- 215g de farine fluide

- ½ cuillère à café de levure (ou 225g de farine avec poudre levante incorporée)

- 160g de sucre en poudre

- 60g de beurre  morceaux

- 2 oeufs battus en omelette

- 2 cuillères à soupe d’eau de rose

- 125g d’amandes concassées

- 16 capsules de cardamome

Préchauffer le four à 180°C. Mélanger du bout des doigts la farine, la levure, le sucre et le beurre, afin d’obtenir une pâte grumeleuse. Ajouter les œufs et battre la préparation, jusqu’à ce qu’elle soit homogène. Ouvrir les capsules de cardamome et broyer les graines à l’aide d’un pilon. Les ajouter à la pâte, ainsi que l’eau de rose et les amandes. Travailler la pâte sur un plan de travail fariné. Séparer la pâte en deux et former deux pâtons légèrement aplatis. Les fariner et les enfourner 35min. Les laisser refroidir hors du four, puis les couper en tranches d’environ 5mm d’épaisseur. Les disposer sur la plaque du four et les cuire à nouveau 10 à 15min, afin de les faire sécher.