Je me retrouve rarement seule au déjeuner. La semaine, je prends mon repas au self avec les collègues ; le week-end, je régale (ou pas, ça dépend des jours) mon homme/ ma famille/ mes amis et pendant les vacances, ben j’essaie de partir… en vacances. Sauf de rares fois où le budget n’est pas en accord avec mes envies où je profite d’être à la maison pour plonger le nez dans mes recettes de cuisine, trier, ranger ou parfois aussi ne rien faire (enfin ça c’est plutôt exceptionnel…) Parfois, j’aime retrouver une copine à midi et papoter autour d’un repas ou me régaler à m’en faire éclater la panse chez l’une ou l’autre de mes grands-mères. D’autres fois, je préfère rester seule. Dans ces moments, je ne prévois pas de menu à l’avance, laisse la journée se dérouler et improvise en fonction de l’heure et de mes envies du moment. Je peux ainsi me retrouver assise devant la télévision, à manger une assiette de coquillettes au Maggi et à la crème (comble de bonheur régressif) ou en cuisine, appliquée à confectionner des wraps ou autre délices féminins.
Ce que j’aime justement dans ces circonstances, c’est de ne rien prévoir, de ne penser qu’à moi et à mes désirs. Je dois bien vous l’avouer, d’ordinaire, je suis une malade de l’organisation (mais je me soigne). Fut un temps (révolu certes, mais pas si lointain), je planifiais mes menus pour la semaine. Pas vraiment de place à l’improvisation ni aux imprévus. Et impossible ainsi d’être à l’écoute de mes envies. Autant vous dire que j’en tirais uniquement un maximum de frustration. Ceci expliquant cela, vous comprendrez aisément que ces instants de lâcher-prise sont pour moi salvateurs !
A notre retour de bourgogne, j’avais encore quelques jours de congés devant moi, alors que ma moitié avait déjà repris le boulot. Comme d’usage, j’ai laissé parler mon inspiration pour le déjeuner, et j’ai été agréablement surprise au moment de passer à table. Je me suis non seulement régalée avec ces jolies recettes qui sentent bon le sud (on ne s’en lasse pas, c’est de saison) mais j’ai aussi savouré le bonheur de l’imprévu qui crée bien souvent de bonnes surprises lorsqu’on l’autorise à pénétrer dans notre routine.

… un peu de gourmandise, des produits frais et sains,
quelques grammes de légèreté, un repas équilibré mais non moins savoureux …

FOCACCIA

Focaccia (MAP) garnie aux anchois et à la roquette

D’après le livre « pain maison, spécial machine à pain » Marabout Chef

Focaccia, pour 4 parts :
Programme pâte seule de votre MAP

- 270 à 300ml d’eau
- 450g de farine T65
- 1 sachet de levure boulangère
- 1,5 cuillère à café de sel

Pour la garniture :
- huile d’olive
- olives vertes et noires
- paprika
- poivre noir

- roquette
- tomates cerises
- sardines en conserve
- pignons grillés
- copeaux de parmesan
- vinaigre balsamique
- sel, poivre

Réalisation : à la fin du programme, étaler la pâte en rectangle, sur une plaque. Enfoncer le bout des doigts dans la pâte, à intervalles réguliers, presque jusqu’au fond. Garnir les trous ainsi formés d’huile d’olive. Laisser lever 40min. Préchauffer le four à 220°C.
Ajouter dans les trous des morceaux d’olives vertes et noires, en alternance. Parsemer de paprika et de poivre. Enfourner et laisser cuire une vingtaine de minutes. Couvrir d’une feuille d’aluminium si le dessus dore trop vite. A la sortie du four découper la focaccia en quatre.

Dès la sortie du four, la garnir de roquette, tomates coupées en quartiers, sardines émiettées, pignons et copeaux de parmesan. Assaisonner et arroser de vinaigre balsamique. Déguster aussitôt.

*****

Smoothie melon-orgeat

Pour 2 verres :

- 1 melon moyen
- 2 yaourts natures
- 2 à 4 cuillères à soupe de sirop d’orgeat

Couper le melon, retirer les graines et détailler la chair en cubes. Les mixer finement avec les yaourts et le sirop d’orgeat, de manière à obtenir une consistance lisse et onctueuse. Réserver au réfrigérateur et servir bien frais.

imprimante_2Imprimer les recettes